Covid-19 : point de situation sanitaire à La Réunion au 2 avril

Communiqué de presse
Nouveau coronavirus Covid-19 Veille sanitaire & épidémiologie

Plusieurs semaines après le renforcement des mesures de protection contre la Covid-19 sur l’île, la situation sanitaire reste préoccupante : le taux d’incidence a atteint la semaine dernière 120 nouveaux cas pour 100 00 habitants, même si les fluctuations quotidiennes des derniers jours pourraient se traduire par une légère baisse de cet indicateur.

Plusieurs semaines après le renforcement des mesures de protection contre la Covid-19 sur l’île (fermeture des grands centres commerciaux depuis le 11 février, mise en place du couvre-feu à partir de 18 heures depuis le 5 mars), la situation sanitaire reste préoccupante : le taux d’incidence a atteint la semaine dernière 120 nouveaux cas pour 100 00 habitants, même si les fluctuations quotidiennes des derniers jours pourraient se traduire par une légère baisse de cet indicateur.

La progression du taux de positivité chez les personnes asymptomatiques, passé de 1,3% début mars à 4% fin mars, rend compte d’une transmission à « bas bruit ». Cette augmentation de l’atteinte de personnes ne présentant aucun symptôme favorise une large diffusion communautaire et donc un accroissement du nombre de formes graves ou sévères de la maladie.

1 personne contact sur 5 devient un cas Covid-19

D’autres signes traduisent cette même réalité préoccupante :

Moins de 4 personnes contacts se soumettent aux tests recommandés  

  • Une proportion toujours plus importante de personnes contacts se révélant positifs (de – de 7% fin janvier à plus de 20%) et supérieure à la moyenne nationale ; les personnes contacts se positivant représentent désormais près d’un cas nouveau sur deux devenus à leur tour contaminés.
  • Une baisse du nombre de personnes contact signalées (moyenne de 2,3 personnes contact par cas, contre 4 mi-février) pouvant traduire une sous-déclaration avec davantage de personnes échappant aux mesures d’isolement.
  • Une faible réalisation par les personnes contacts des tests qui leurs sont conseillés, traduisant une mauvaise adhésion aux mesures générales de prévention et d’isolement.
  • Une progression très nette du nombre de clusters dans tous les milieux professionnels mais aussi établissements médico-sociaux, crèches et écoles.
  • Des fortes tensions au sein du système hospitalier réunionnais :
    • La capacité de réanimation a été portée à 122 lits (contre 71 en temps normal), au prix de fermeture de salle de bloc et d’une déprogrammation des interventions chirurgicales et des hospitalisations en médecine, soit un retard dans la prise en charge des autres pathologies.
    • Des renforts nationaux ont permis cette augmentation, mais la situation en métropole rend très incertain leur reconduction dans les toutes prochaines semaines. D’ores et déjà, le non remplacement de la totalité des médecins anesthésistes réanimateurs va obliger le CHU à redoubler d’efforts pour maintenir les lits supplémentaires pendant le mois d’avril.
    • Chaque jour, trois à quatre nouveaux patients Covid sont hospitalisés en réanimation.
    • 70% des patients de réanimation étaient âgés de moins de 65 ans au 26 mars 2021, et 15% de moins de 45 ans, démontrant que les formes graves de la maladie ne touchent pas que les personnes âgées.
    • Le taux d’occupation des lits en réanimation est en moyenne de 86%, avec plusieurs pics au-delà des 90%.
    • Les durées de séjours peuvent être longues : la moitié des patients étant en réanimation pour des durées supérieures à 10 jours

Dans ce contexte, il est primordial que tous les réunionnais se mobilisent et que les actions individuelles et collectives se poursuivent et s’intensifient autour de 4 comportements essentiels pour lutter contre le virus : se faire tester, alerter, se protéger, se faire vacciner.

Seuls ces comportements pourront permettre, dans la durée et dans leur globalité, de maîtriser, puis de renverser les tendances actuelles défavorables.

SE FAIRE TESTER

Développer le recours aux tests auprès des personnes asymptomatiques

En dépit de l’importance des moyens de tests sur le département grâce à la mobilisation des laboratoires de biologie médicale et des professionnels de santé, trop peu de tests sont aujourd’hui pratiqués à La Réunion. Il devient par conséquent indispensable de soutenir l’accès aux tests pour les personnes qui ne présentent pas de symptômes :

  • La poursuite des campagnes « barnum » mises en place avec l’aide des différentes communes de l’île.
  • L’évaluation d’une nouvelle méthode d’enquête par sondage en population générale : si elle est validée, cette méthode aisée à mettre en œuvre s’appuiera sur la contribution volontaire des personnes de tous âges. Conduite en milieu scolaire ou en milieu de travail ou encore dans les quartiers des communes, elle permettra d’identifier les collectivités ou les zones géographiques qui présentent une circulation du virus intense. L’objectif est d’orienter les campagnes de dépistage vers les populations les plus exposées.

A ce titre, l’ARS encourage les communes et les collectifs de travail à organiser largement à leur niveau des campagnes de dépistage selon les possibilités réglementaires (sur simple déclaration préalable auprès de la préfecture et de l’ARS) :

  • Tests antigéniques (par ressource interne ou par convention avec un professionnel de santé habilité pour les utiliser)
  • Tests à visée diagnostique pour personnes présentant les symptômes ou fortement exposées au risque de contamination.
     

Faire un test au moindre symptôme 

Chaque Réunionnais est fortement encouragé à se prêter aux tests  antigéniques ou RT-PCR, avec ou sans prescription médicale, dès lors qu’il présente le moindre symptôme évocateur de la maladie.
 

Se faire tester sans délai quand on est personne contact

Toute personne contact qui a reçu un SMS de la plateforme Contact-tracing (Assurance Maladie / ARS) doit accepter de se faire tester au moyen d’un test RT-PCR une première fois sans délai et une deuxième fois au terme de sa période d’isolement.
 

ALERTER

Sont considérées comme personnes à risque les personnes rencontrées sans masque à moins de 2 mètres.

Le nombre de personnes contacts identifiées, et donc prévenues, par la plateforme de contact-tracing (ARS / Assurance Maladie) est aujourd’hui trop peu élevé. Des personnes contacts, possiblement positives, ne sont alors pas prévenues, pas testées, et ne se soumettent pas à l’isolement au risque de contaminer leur entourage.

Toute personne testée positive, qui reçoit un appel de la plateforme téléphonique est invitée à répondre aux questions permettant d’identifier et de prévenir le maximum de personnes à leur tour exposées aux risques d’infection.

En outre, davantage de réunionnais devraient se prêter au téléchargement de l’application stop covid.

Seule l’efficacité du contact-tracing permet de repérer et de casser les chaînes de transmission.

 

SE PROTEGER

 

Se protéger et protéger les autres grâce à un ISOLEMENT STRICT

Seul le respect d’un isolement strict (pendant au moins 10 jours pour les personnes contaminées et 7 jours pour les personnes contacts) permet de casser la chaîne de transmission.

L’ARS va instaurer dès cette semaine un appel téléphonique systématique auprès des personnes contacts, en plus de l’envoi de SMS, afin de les sensibiliser à l’intérêt de s’isoler, de respecter les mesures barrière pour protéger leurs proches et de se faire dépister.
 

Avoir recours aux conseils d’un infirmier à domicile

Parce que la pratique de l’isolement n’est pas facile, tant psychologiquement que matériellement, aujourd’hui des infirmiers peuvent aider les personnes concernées et leur entourage en leur donnant des conseils personnalisés après une visite à domicile.

Rôle de l’infirmier :

  • conseiller et guider chaque personne sur la meilleure manière de pratiquer l’isolement compte tenu des caractéristiques du logement et de l’entourage.
  • prévenir les risques de transmission pour l’entourage.
  • réaliser des tests de dépistage pour les membres de la cellule familiale ou encore faire le lien avec le service social mis à disposition par la préfecture pour faciliter la réponse personnalisée à chaque difficulté matérielle rencontrée.

Le recours au conseil infirmier à domicile doit par conséquent être davantage développé. Il est aujourd’hui trop peu accepté, bien que systématiquement proposé par l’Assurance Maladie à l’occasion de l’appel des personnes testées positives au Covid.

Il s’agit exclusivement d’une démarche d’aide à la personne puisque que l’infirmier est tenu aux obligations du secret professionnel et ne divulgue à aucune autorité (Assurance Maladie, ARS ou préfecture) les constats faits lors de sa visite ni ses échanges avec les personnes.

Cette visite infirmière à domicile est sans frais pour la personne bénéficiaire.
 

SE FAIRE VACCINER

Le vaccin Pfizer a fait la preuve de son efficacité par les résultats obtenus dans le cadre du protocole de recherche auquel il s’est conformé, ainsi que par son utilisation depuis plusieurs mois et à présent à grande échelle dans le monde entier.

L’augmentation récente du nombre de décès directement liés à la Covid-19 souligne à quel point cette maladie est potentiellement mortelle pour les plus vulnérables.

Au 31 mars, 35 500 Réunionnais ont déjà reçu au moins une injection vaccinale ; 18 092 sont vaccinés et sont donc protégés contre les formes les plus sévères de la maladie.
 

Les actions engagées par l'ARS La Réunion

Afin d’accélérer la campagne vaccinale à La Réunion, les actions suivantes sont d’ores et déjà engagées par l’ARS :

Intensification des opérations de vaccination

Au vu du nombre de doses reçues et à recevoir dans les prochaines semaines, les opérations de vaccination sont amenées à s’accélérer et à s’intensifier, avec pour objectif au moins 75 000 personnes ayant reçu une dose avant le 1er mai.

L’ouverture du 9ème centre de vaccination est prévue le 7 avril 2021 dans les locaux de l’aéroport de Pierrefonds, renforçant l’offre de vaccination en plus de l’augmentation des capacités d’accueil des autres centres.

La livraison de 15 000 doses du vaccin Janssen (Johnson & Johnson) fin avril va permettre d’accélérer la vaccination pour les personnes les plus fragiles avec un vaccin plus facile d’utilisation (conservation au froid entre 2 et 8°C, une seule injection). Cet arrivage constitue un effort nouveau de renforcement de la part de l’Etat de la vaccination à La Réunion, tenant compte de la situation épidémiologique de notre territoire.

Elargissement des publics concernés par la vaccination

Après un élargissement de l’accès à la vaccination aux personnes de plus de 70 ans sans condition de comorbidités et aux personnes de 60 ans à 69 ans avec comorbidités, les personnes de plus de 50 ans avec des facteurs de risque pourront être éligibles à la vaccination dans le courant d’avril 2021.

Les personnels de santé, libéraux ou salariés, au contact direct des patients, peuvent de se faire vacciner sans condition d’âge ou d’état de santé, de même que toutes personnes de plus de 18 ans présentant un état de santé à très haut risque de forme grave.
Télécharger la liste des personnes concernées
 

Accès privilégié des personnes de plus de 75 ans à la vaccination

Les personnes de 75 ans et plus, qui n’ont pas été encore vaccinées vont être appelées à partir des prochains jours par l’Assurance maladie pour se voir proposer un rendez-vous dans les centres de vaccination, sur des plages qui leur seront réservées.

Un n° dédié leur sera également communiqué pour solliciter elles-mêmes un rendez-vous.
 

Vaccination dans les cabinets médicaux et officines de pharmacie dès le 6 avril

Pour faciliter et développer la vaccination au plus près des personnes prioritaires, des médecins au sein des cabinets médicaux et des pharmaciens dans leurs officines vont s’engager dans la vaccination de leurs patients volontaires.

Cette organisation est testée pour la première fois en France avec le vaccin Pfizer cette semaine, et sera étendue dès la semaine prochaine.
 

Vaccination au profit des salariés

Le Service de Santé au Travail INTERMETRA se mobilise pour permettre l’ouverture de deux centres de vaccination au profit des salariés des entreprises répondant aux critères de vaccination début du mois de mai.
 

Développement des opérations « Aller vers »

Après les opérations prévues sur les communes du Port (7 et 14 avril)  et de Saint-Louis (8 avril), l’ARS va poursuivre les opérations de déplacements ciblés dans les zones géographiques de l’île les plus éloignées des centres de vaccination et des lieux de soins habituels.

Afin de sensibiliser la population sur les dangers liés au virus et à ses variantes qui présentent une forte contagiosité, l’ARS La Réunion, lance une campagne de communication à partir du 1er avril : CONTRE LA COVID-19 ET SES VARIANTES, Ensamb nou larg pas !

Objectif 

L'objectif de la campagne est de rappeler les bons comportements à adopter pour lutter contre la Covid-19 :

  • SE FAIRE TESTER, dès les premiers symptômes et au moindre doute
  • ALERTER mes contacts par le biais de la cellule de contact-tracing si je suis positif
  • SE PROTEGER et protéger ses proches en s’isolant et en appliquant les gestes barrières
  • SE FAIRE VACCINER si je fais partie des publics prioritaires et pour me protéger des formes graves de la maladie

Déroulement de la campagne

Sont prévus :

  • Une campagne d’affichage grand public dès le 1er avril
  • Une campagne digitale sur le web et les réseaux sociaux
  • Une communication au sein des officines de pharmacie de l’île

Un focus détaillé sera fait sur chaque thématique pour rappeler aux Réunionnais tous les bons comportements à adopter, à l’aide d’affiches, de notices et de spots.

Vous trouverez sur la page dédiée de notre site internet tous les outils au fil de l’eau.

Une mobilisation de tous les acteurs est attendue pour relayer
l’ensemble des messages le plus largement possible : Institutionnels, collectivités, associations, entreprises privées, médias...

C’est en appliquant ces comportements, de manière individuelle et collective que nous pourrons lutter contre la propagation de la Covid-19 !