Journée Régionale Santé Environnement du 9 décembre 2021 : Point d’étape et perspectives 2022

Communiqué de presse
Santé environnementale Organisation des acteurs en santé Déterminants de santé

Le 3ème Plan Régional Santé Environnement (PRSE) 2017-2022 propose des actions concrètes, élaborées et sélectionnées par plus d’une centaine d’acteurs.
Afin de présenter les résultats du Baromètre Santé-Environnement et les projets déjà engagés par le PRSE, les acteurs locaux ont été conviés à la Journée Régionale Santé Environnement ce 9 décembre 2021.

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), les facteurs environnementaux sont responsables de près du quart de la mortalité dans le monde. Ils peuvent contribuer, dans leurs différentes composantes (qualité de l’air extérieur et intérieur, qualité de l’eau, alimentation, etc.), à de nombreuses maladies qui ont pour origine plusieurs facteurs : cancers, pathologies respiratoires, allergies, asthmes, maladies cardiovasculaires, diabète, obésité, entre autres.
Ainsi, les attentes citoyennes sur les questions de santé environnement sont vives.

Pour y répondre, certaines programmations sont déjà déployées à La Réunion comme le Plan Eau DOM, le plan eau potable Réunion ou le plan Ecophyto pour la réduction de l’utilisation des pesticides, le Plan Réunion Nutrition Santé.
Afin de les compléter sur des thèmes émergents, complexes ou encore insuffisamment pris en compte à La Réunion, la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DEAL), la Région Réunion et l’ARS ont adopté en 2017 le 3ème Plan Régional Santé-Environnement (PRSE3) pour 5 ans.
En 22 actions, il vise à mieux identifier les effets de l’environnement sur la santé des Réunionnais, à en limiter les impacts négatifs, et surtout à promouvoir une culture de la santé environnementale.

Selon le baromètre santé environnement commandé en 2019 par la DEAL et l’ARS, plus de 2 Réunionnais sur 3 sont sensibles à la santé environnement. Dans cette même étude, les Réunionnais ont fait part de leurs préoccupations et de leurs souhaits de s’engager selon plusieurs thématiques les concernant.

C’est pour présenter la concordance de ces attentes avec les projets déjà engagés par le PRSE, que les acteurs locaux ont été conviés à la Journée Régionale Santé Environnement qui a eu lieu ce jour à la NORDEV.

Une enquête pour mieux comprendre les perceptions et les attentes des Réunionnais sur des questions de santé environnementale : le premier Baromètre Santé Environnement

Dans le cadre du PRSE, l’Observatoire Régional de la Santé La Réunion (ORS) a mené en 2019 une en-quête, cofinancée par la DEAL et l’ARS, auprès de 1 000 Réunionnais âgés de 18 à 75 ans pour com-prendre leur perception des risques sanitaires liés à l’environnement : air extérieur, habitat, bruit, alimentation, consommation d’eau, eaux de baignades, exposition solaire, gestion des déchets, maladies vectorielles, et risques émergents.

Télécharger le baromètre santé environnement

Les perceptions et les attentes des Réunionnais sur des questions de santé environnementale

Les Réunionnais se sont dits préoccupés avant tout par les pesticides (84%)

Pour mieux caractériser leur présence, une action du PRSE menée en 2019 par Atmo Réunion a permis de mesurer la présence de pesticides dans l’air aux abords de champs de cannes, en appui à une campagne nationale exploratoire de mesure.

L’exploitation a été menée à l’échelle nationale, mais n’avait pas vocation à ce stade à caractériser spécifiquement la situation de La Réunion, ni les effets sanitaires. Elle servira cependant à définir à terme d’autres lieux de mesures

En seconde position, les Réunionnais se disent préoccupés par le risque solaire (78%).

Les jeunes publics sont particulièrement à risque quant à leur exposition au soleil et à ses conséquences pour la santé.

Or, La Réunion est caractérisée par une très forte irradiation, comme tous les pays de l’hémisphère sud, dont beaucoup ont mis en place des politiques fortes en matière de prévention.

Comprendre et adopter les bons gestes est donc crucial dès le plus jeune âge.

Suite à un appel à manifestation d’intérêt PRSE en 2019, donnant lieu à un financement attribué par l’ARS, l’association Les petits débrouillards a mis au point des parcours pédagogiques et des animations. Il s’agit de disposer de supports pour servir des évènements tels que la Fête de la science ou la semaine du développement durable, ou encore pour intervenir dans des écoles, des centres d’actions sociales, des accueils collectifs de mineurs, partout où ce type de savoir est indispensable.

Des animations portant sur le développement durable et le changement climatique ont été mises en place sur le même principe, répondant ainsi à la 3ème préoccupation prioritaire des Réunionnais (77%).

Deux tiers d’entre eux considèrent préoccupante la pollution de l’air extérieur.

Plus d’une personne sur deux déclare avoir déjà ressenti les effets de la pollution de l’air extérieur sur sa santé ou celle de son entourage proche, proportion encore accrue pour les personnes se jugeant en mauvaise santé en général (67 %).

Les personnes concernées par les effets de l’air sur la santé identifient comme origine pour 41 % le trafic routier.

Pour objectiver ce ressenti, une étude a été menée Boulevard Banks. À terme, il s’agit de cartographier la qualité de l’air aux abords des principaux axes routiers urbains pour évaluer la qualité de l’air et l’exposition de la population dans ces zones. Les résultats sont en cours de consolidation pour une publication prochaine, avant de reproduire cette méthodologie sur un autre axe routier réunionnais de grande affluence.

La qualité de l’air intérieur est une thématique où les Réunionnais se disent le moins bien informés (74%).

Ponctuellement, plus de la moitié des personnes utilisant des produits de bricolage comme les peintures, vernis, colles et solvants, se déclare attentive aux informations sur les émissions dans l’air intérieur inscrites sur les étiquettes.

Cela peut ne pas suffire : des travaux montrent qu’à La Réunion, la mortalité par asthme est selon l’âge et le sexe, 3 à 5 fois plus élevée qu’en métropole et que les hospitalisations par asthme sont 2 fois plus fréquentes.

Ceci peut s'expliquer notamment par l'importance des asthmes non contrôlés et par le faible respect des recommandations de prise en charge.

Pour améliorer la prévention auprès des patients, l’ARS finance au titre du PRSE 2 postes de conseillers en environnement intérieur / conseillers habitats santé : à la demande de médecins, ils se rendent au domicile des patients pour les informer sur les risques qu’ils diagnostiquent par rapport à la pathologie dont ils souffrent : produits ménagers, insecticides, fumées d’échappement etc. sont autant de sources d’exposition et de facteurs aggravant.

Plus de 200 visites ont été ainsi réalisées en 2020, malgré les mesures de confinement.

La propension à trier ses déchets augmente avec l’âge des répondants : ce qui renforce la nécessité de sensibiliser la population aux bons gestes dès le plus jeune âge (cf. actions d’éducation populaires menées ci-dessus).

Ils sont notamment conscients des risques vectoriels liés à la prolifération des gites larvaires prospérant sur de tels dépôts.

Pour favoriser l’identification des dépôts sauvages, le PRSE soutient un recensement et le partage des bonnes pratiques mises en place par les différentes collectivités mobilisées. L’atelier mis en place dans le cadre de ce colloque en constitue un jalon.

Pour améliorer leur cadre de vie, près de de 50% de la population serait « très » ou « plutôt » intéressée par un projet de jardin partagé dans son quartier.

Depuis près de 10 ans, La Réunion voit naître des jardins collectifs sur son territoire : en pied d’immeuble, sur des terrains délaissés ou encore sur des lieux de travail. Ils répondent à la préoccupation d’une alimentation saine et d’approvisionnements maîtrisés, de cohésion sociale, de préservation de la biodiversité. Ces jardins sont aussi des lieux et des occasions de sensibilisation de chacun aux questions de santé environnementale, au plus près du quotidien.

Promouvoir les expériences et initiatives liées à l’agriculture urbaine et péri-urbaine

Depuis 2020, la DEAL et le Conseil en Architecture Urbanisme et Environnement (CAUE) travaillent sur une étude de ces jardins pour recenser les initiatives et les retours d’expériences, donnant naissance à un guide pratique "Mener à bien un jardin collectif à La Réunion" qui conseille les porteurs de projets souhaitant créer et faire vivre un jardin collectif.


Un site internet dédié aux jardins collectifs de La Réunion est en ligne.
Il s'ajuste au fil de l’eau en fonction des changements
 

Jardins collectifs de La Réunion

Pour compléter ce travail dans le milieu scolaire, l’ARS a souhaité en 2021 faire établir par l’association Landestini une cartographie des acteurs proposant des ressources. À termes, il s’agira de partager et de mieux accompagner les collectivités et les initiatives locales s’intéressant aux jardins pédagogiques.

De pair avec une alimentation saine, la consommation d’une eau courante de qualité est indispensable pour la santé

Bien que la qualité de l’eau du robinet est jugée plutôt satisfaisante, plus de la moitié des Réunionnais perçoivent un risque élevé pour leur santé liée à la qualité de l’eau du robinet et plus d’un quart un risque très élevé.

Pour contribuer à favoriser et accélérer l’équipement adéquat des collectivités en assainissement, l’office de l’eau a formé depuis 2017, plus d’une centaine d’élus ou d’agents des intercommunalités sur :

  • les contrats de progrès,
  • l’ingénierie de programmation,
  • le fonctionnement des dispositifs compacts d’assainissement non collectif,
  • la connaissance patrimoniale des réseaux d’eau et d’assainissement,
  • la prospective financière par des sessions pluriannuelles complémentaires du plan Eau-DOM.

Ces formations ont été complétées de plusieurs journées techniques ; elles s’inscrivent dans le plan Eau-DOM, et dans le plan EAU POTABLE 2016-2022 devant permettre que 80% des Réunionnais disposent en continu d’une eau de consommation de bonne qualité sanitaire au travers de la mobilisation de financement locaux, nationaux et européens conséquents pour le déploiement d’usines de potabilisation sur l’ensemble des communes.

Les trois-quarts des Réunionnais interrogés se sont déclarés prêts à s’engager individuellement ou collectivement en faveur d’initiatives en santé environnement.

Le PRSE reconnaît ce besoin et encourage chaque année depuis 2018 la manifestation de projets en santé environnement.

Les thèmes évoluent annuellement : en 2018 il s’agissait de ceux du PRSE, en 2019 de l’éducation en santé environnement, en 2020 d’une alimentation saine et durable et en 2021 de l’eau et de la biodiversité.

La moitié (49 %) parce qu’elle pense que les informations sur les effets de l’environnement sur la santé sont incomplètes ou insuffisantes et 12 % parce qu’elle pense que les informations sont trop alarmistes.

Afin de rassembler des données fiables et de les partager le plus largement possible, le PRSE programme la production de deux études majeures :

  • la première est le baromètre santé environnement : Téléchargez
  • la seconde est un état des lieux en santé environnement, lequel mettra en 2022 à disposition du public réunionnais des tableaux de bord de données environnementales et de santé concernant son île.

Un large panel de parties prenantes sera invité à apporter ses contributions à l’approfondissement des réflexions et plans d’action.

 

Objectifs et enjeux du Plan Régional Santé Environnement

Le PRSE poursuit des objectifs généraux de réduction les inégalités environnementales et territoriales de santé :

  • réduire les risques et promouvoir un environnement favorable à la santé,
  • favoriser les coopérations entre les acteurs,  la territorialisation des actions et la communication sur les questions de santé environnement
  • renforcer et améliorer la connaissance en santé environnement, et développer une culture commune de ces thématiques favorisant la sensibilisation et la protection des jeunes.

Au-delà, les contributeurs ont souhaité que ce plan permette de soutenir des initiatives réunionnaises, via des appels à projets.
Pour cela, il est structuré selon 4 axes :

  • Axe 1 : Eau et alimentation, avec pour objectifs stratégiques :
    connaissance et prévention des risques liés à l’alimentation
    • sécurisation qualitative et quantitative de l’eau destinée à la consommation humaine
  • Axe 2 : Habitat et espaces clos, avec pour objectifs stratégiques :
    • identification et la maîtrise des risques liés à l'amiante
    • caractérisation et l'amélioration de la qualité de l'air intérieur
  • Axe 3 : Cadre de vie et espaces extérieurs, avec pour objectifs stratégiques :
    • Connaissance et amélioration de la qualité de l'air extérieur pour préserver la santé des réunionnais et diminuer les pathologies liées à l'air extérieur
  • Axe 4 : Le développement et la valorisation d’une culture commune de Santé-Environnement à La Réunion (connaissance et communication)