ARS La Réunion

Zoom sur les actions réalisées

Article
Visuel
Zoom sur les actions réalisées
L’ARS est chargée, avec ses partenaires, de la mise en œuvre de la stratégie « Ma Santé 2022 » à La Réunion.
Corps de texte
Formation des étudiants (MaSante2022)

L’ARS et l’Académie de La Réunion ont déployé, en 2018, la 1ère vague du service sanitaire. L’objectif est de former les étudiants, futurs professionnels de santé, à l’intervention en prévention et la promotion de la santé, et ce au travers d’actions concrètes de prévention et d’éducation à la santé auprès de la population :

  • dans différents lieux (établissements scolaires, lieux de vie, EHPAD, etc.)
  • sur des thématiques identifiées comme prioritaires, au regard des enjeux nationaux et régionaux de santé.

Le service sanitaire comprend 6 semaines de formation théorique et pratique, intégrées dans le cursus des étudiants en santé.

Bilan de l’année universitaire 2018-2019 :

  • 350 étudiants de La Réunion en médecine, maïeutique et soins infirmiers et 35 infirmiers à Mayotte ont participé au service sanitaire,
  • 97 établissements scolaires à La Réunion (9 600 élèves) et 11 écoles élémentaires à Mayotte (1360 élèves) ont bénéficié d’intervention de prévention et d’éducation à la santé,
  • des thématiques prioritaires ont été abordées : l’éducation à la sexualité, les addictions, l’activité physique, la nutrition, l’hygiène bucco-dentaire. 

Pour la promotion 2019-2020, les partenaires ont souhaité élargir le dispositif, et prendre davantage en compte les inégalités sociales et territoriales de santé : intégration des étudiants en masso-kinésithérapie, ouverture au réseau d'éducation prioritaire et aux écoles volontaires ayant un volet santé, aux établissements de l’enseignement privé sous contrat, ou du ministère de l’agriculture, et au RSMA.

En savoir plus sur le service sanitaire en santé
 Parcours de santé et exercice coordonné (MaSante2022)

A l’initiative des professionnels de santé volontaires, une CPTS est une équipe pluridisciplinaire d’acteurs qui travaille autour d’un projet de santé, pour la population, sur un territoire.

Chaque CPTS réunit ainsi des professionnels de santé libéraux qui, s’ils le souhaitent, peuvent s’associer à des hôpitaux, à des acteurs médico-sociaux ou sociaux.

À travers ce projet, les professionnels s’engagent à accomplir des missions devenues incontournables, pour le bénéfice direct de la population :

  • Garantir l’accès au médecin traitant et aux soins, non programmés, de premier recours ;
  • Développer la prévention sur des thématiques de santé publique jugées prioritaires ;
  • Organiser les parcours de soins pour certaines pathologies ou états de santé.

Le projet de santé élaboré est validé par l’ARS. Chaque CPTS, officiellement constituée, signe une convention avec l’ARS et l’Assurance Maladie, ouvrant l’obtention de financements dédiés, pour faciliter la coordination des professionnels et l’accomplissement de leurs missions.

Depuis fin 2018, Tip@santé, associant les Unions régionales des professionnels de santé (inter-URPS) et l’ARS ont convenu ensemble de la manière de préfigurer 3 CPTS. Ainsi, des professionnels ont mené des réflexions pour élaborer des réponses à des préoccupations jugées prioritaires:

  • dans l’Ouest, mettre en place une organisation de la réponse de jour aux soins non programmés ;
  • dans l’Est, améliorer le parcours pour accélérer le diagnostic des troubles du langage chez les enfants ;
  • dans le Sud, faciliter le repérage de la fragilité et la prise en charge de la perte d’autonomie de la personne âgée.

Aujourd’hui, ces 3 démarches sont susceptibles d’aboutir, dès le début de l’année 2020, à des CPTS à part entière, reconnues par l’ARS et l’Assurance Maladie, et durablement financées.

En vidéo :

Source de la vidéo

Consulter le flyer dédié aux professionnels de santé

En savoir plus sur les CPTS

Les maisons de santé pluri professionnelles sont des structures d’exercice coordonné entre professionnels de santé (médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, autres paramédicaux….) qui décident de travailler en équipe, pour améliorer la prise en charge de leur patientèle. Dans cet objectif, ils élaborent des protocoles de soins communs qui permettent de mieux structurer les parcours de soins (parcours du patient diabétique, de la personne âgée en perte d’autonomie….).

Ils peuvent également mettre en place des programmes d’éducation thérapeutique ou de prévention. L’organisation en MSP permet aussi d’assurer des soins non programmés grâce à une amplitude horaire élargie. Les professionnels d’une MSP peuvent exercer sur un même lieu ou dans différents cabinets.

Ce mode d’exercice répond aux attentes des jeunes professionnels qui ne souhaitent plus d’un exercice isolé. Les MSP sont en outre des lieux de stage ambulatoire pour les étudiants en médecine.

L’ARS OI met en place un accompagnement pour chaque projet, sur le plan administratif et financier, dans le cadre d’un contrat pluriannuel, associant la fédération régionale des MSP. L’Assurance Maladie est chargée, pour sa part, du paiement des nouveaux modes de rémunération, liés à l’exercice en MSP.

A ce jour, 12 MSP ont des projets de santé, 3 sont en réflexion à La Réunion. L’objectif, pour les 3 prochaines années, est de doubler le nombre de MSP.

A Mayotte, 3 maisons de santé sont actuellement opérationnelles, et 2 centres de santé ont ouvert, l’un polyvalent et l’autre spécialisé en soins dentaires. Dans un objectif d’attractivité médicale et pour une meilleure organisation de l’offre de soins, la future ARS de Mayotte accompagnera, en 2020, la création de 3 nouvelles MSP, et favorisera la coordination d’équipes de soins primaires pour l’ensemble du département.

 

En savoir plus sur les MSP
 Télémedecine et numérique en santé (MaSante2022)

L’ARS, en collaboration avec le Conseil Départemental de La Réunion, a lancé fin 2018 un nouveau Système d’Information, intitulé OSMOSE (Orientation et Suivi en Structure MédicO-SocialE) : cet outil informatique assure le suivi des orientations des personnes en situation de handicap à La Réunion, depuis la décision de la Commission des droits et de l'autonomie des personnes handicapées, jusqu’à l’entrée en établissement ou service médico-social.

Ce sytème d’information permet :

  • à la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH) de suivre en temps réel les décisions d’orientation, et identifier d’éventuels points de rupture dans le parcours des personnes ;
  • aux établissements ou services médico-sociaux d’avoir connaissance des décisions d’orientation les concernant ;
  • aux personnes en situation de handicap de suivre leurs demandes d’admission, de consulter l’avancement de leur dossier en ligne et de contacter les structures concernées ;
  • à l’ARS et au Département d’obtenir une vision consolidée des personnes admises en établissements ou services, des éventuelles offres disponibles, et des personnes en attente de place, et ainsi de pouvoir ajuster l’offre aux besoins réels.
En savoir plus sur OSMOSE

Dans le cadre d’expérimentations innovantes en santé (dispositif « Article 51 »), le projet GECOPLAIES  (Groupement d’Exercice Coordonné Plaies), soutenu de l’ARS, a reçu un avis favorable du comité technique national.

En cours d’expérimentation depuis septembre 2019 pour une durée de 5 ans, GECOPLAIES est une application mobile destinée aux professionnels de santé du premier recours leur permettant de prendre en charge et suivre un patient présentant une plaie chronique et/ou complexe, et d’en référer, si nécessaire, à une plateforme de télé-expertise (sans déplacement du patient).

Cette application permet :

  • d’optimiser le parcours de soins en constituant une communauté de professionnels et d’experts autour du patient,
  • de garantir une prise en charge précoce de la plaie, à domicile, et de bénéficier d’un avis spécialisé sécurisé et adapté dans des délais courts,
  • de réduire les dépenses de santé en évitant un retard de diagnostic et réduisant les complications.

La coopération pluri-professionnelle « ville-hôpital » est ainsi mise en œuvre au bénéfice des patients, et en sécurisant la pratique des professionnels de santé. Le financement de cette expérimentation est couvert par l'ARS et l’Assurance Maladie dans le cadre de « l’article 51 ».

En savoir plus sur GECOPLAIES

Le site régional OIIS masante.re a été conçu dès 2015 dans le cadre du programme OIIS - Océan Indien Innovation Santé. Il fournit une information en santé fiable, régionalisée et adaptée au grand public, au plus près des besoins de la population. Il a pour ambition de promouvoir une vision positive de la santé, et encourage les citoyens à devenir « acteur de leur santé » via des contenus informatifs, ludiques et contextualisés ainsi que de nombreux témoignages.

Le site national Santé.fr est porté par le Ministère des solidarités et de la santé en partenariat avec les agences régionales de santé, les institutions publiques de santé. Il fonctionne en interaction avec les sites régionaux. Il agit comme un moteur de recherche qui répertorie des contenus publiés et affiche directement les pages indexées, ou renvoie l’utilisateur directement vers le site source (ARS, Ameli.fr…).

Le déploiement de Santé.fr, en complémentarité avec masante.re, va renforcer la dynamique régionale de promotion de la santé impulsée par l’ARS.

Aller plus loin