Déchets d’Activité de Soins à Risque Infectieux (DASRI)

Article
Visuel

De nombreuses personnes (patients en autotraitement) utilisent à leur domicile des produits perforants (piquant, coupant, tranchant) dans le cadre de leur traitement médical. Les déchets issus de leur utilisation entrent dans la catégorie des DASRI.

Corps de texte

Les activités de soins génèrent des déchets. Certains, non dangereux, sont assimilés aux ordures ménagères (emballages, essuie-mains, draps d’examen non souillés, etc.). Mais d’autres, dangereux, possèdent notamment des risques chimiques et toxiques (mercure d’amalgame dentaire, thermomètre, médicament non utilisés, produits anti-cancéreux, etc.) ou des risques infectieux.

Les Déchets d’Activités de Soins à Risques Infectieux (DASRI) sont susceptibles de transmettre un agent biologique pathogène (bactérie, virus, parasite…). Il s’agit par exemple des aiguilles, scalpels, pansements et compresses souillés, flacons souillés, produits sanguins, etc.

Les DASRI doivent donc être gérés de manière adaptée afin de ne pas porter atteinte à la santé des personnes ni à l’environnement. Ils doivent en particulier être triés et séparés des autres types de déchets, puis emballés, stockés, transportés et éliminés selon des règles spécifiques.

Les producteurs de DASRI peuvent être regroupés en 3 catégories :

  • Les principaux producteurs de DASRI sont les établissements de santé et médico-sociaux ainsi que les laboratoires d’analyses médicales.
  • Mais, de nombreuses autres activités de soins ou assimilés génèrent également des déchets à risque infectieux, en plus petite quantité mais de manière plus diffuse sur le territoire. Il s’agit en particulier des professionnels de santé en exercice libéral (médecins, infirmiers, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, pédicures-podologues, etc.), des vétérinaires, des thanatopracteurs et des tatoueurs.
  • Enfin les patients en auto-traitement à domicile (diabétiques, etc.) génèrent aussi des DASRI.

Tout producteur de DASRI est responsable des déchets qu’il produit et est tenu aux règles de tri et d’élimination des DASRI.

Si je ne pratique pas un auto-traitement à domicile (diabète, etc.), je ne produis pas de DASRI et je ne suis pas concerné par leur élimination. Lorsqu’un professionnel de santé (infirmier, médecin, etc.) vient au domicile effectuer des soins, il est responsable des DASRI qu’il produit au domicile des patients et est tenu d’appliquer les règles sanitaires de gestion.

Si je produis des DASRI perforants (piquants, coupants, tranchants) tels que des aiguilles, je dois respecter des règles d’élimination strictes.

Selon le principe de la Responsabilité Elargie du Producteur (REP), les producteurs de médicaments et de dispositifs médicaux sont tenus de financer la collecte et l’élimination des DASRI perforants (piquants, coupants, tranchants) des patients en auto-traitement à domicile. L’éco-organisme DASTRI assure la gestion de cette filière.

Le dispositif repose sur la mise à disposition, à titre gratuit, de collecteurs (boites à aiguilles) dans les officines de pharmacie et pharmacies à usage intérieur afin que les patients en autotraitement puissent se défaire en toute sécurité de leurs DASRI perforants. Ainsi, sur simple présentation d’une ordonnance, ou lors de l’achat d’un autotest de diagnostic de maladies infectieuses transmissibles, des collecteurs sont mis à disposition gratuitement aux bénéficiaires du dispositif DASTRI : patients en auto-traitement ou utilisateurs d’autotests de diagnostic de maladies infectieuses transmissibles. Les collecteurs pleins sont à ramener ensuite en pharmacie par le patient.

Pensez à récupérer les boîtes à aiguilles en pharmacie lors de l’achat de vos médicaments et dispositifs médicaux à l’origine de DASRI perforants.

Pour connaître les points de distribution et de collecte des boites à aiguilles : https://www.dastri.fr/nous-collectons/?

Pour de plus amples information, vous pouvez consulter le site www.dastri.fr.

Téléchargements :

Les médicaments non utilisés ne sont pas des DASRI mais sont des déchets d’activités de soins à risques chimiques qui peuvent être néfastes pour l’environnement et la santé humaine.

Ne jetez pas vos médicaments non utilisés avec les ordures ménagères. Ramenez-les auprès de votre pharmacie.

L’éco-organisme Cyclamed prend en charge vos Médicaments Non Utilisés (MNU), périmés ou non. Ils doivent être rapportés dans toutes les officines de pharmacie, sans les emballages en carton ni les notices en papier.

Pour les patients en auto-traitement à domicile producteurs de DASRI perforants, les médicaments non utilisés doivent être impérativement séparés des déchets de soins perforants qui sont à éliminer dans des boites à aiguilles spécifiques.

Pour en savoir plus sur la récupération des médicaments non utilisés, rendez-vous sur le site www.cyclamed.org.

Les déchets contaminés par le virus responsable du Covid19 ou susceptibles de l’être tels que les mouchoirs à usage unique, masques, lingettes et gants des patients atteints par le Covid19 ou suspectés de l’être maintenus à domicile doivent être éliminés via la filière des ordures ménagères après un protocole strict de conditionnement et de stockage : double ensachage et stockage 24 h minimum avant élimination.

Lors d’une épidémie de Covid19, ces mêmes règles s’appliquent en population générale pour ce qui concerne les déchets susceptibles d’être contaminés.

En aucun cas, ces déchets contaminés ou susceptibles de l’être ne doivent être éliminés dans les filières de recyclage (cartons, papiers, plastiques, emballages, etc.) ou de compostage.

Téléchargements :

Aller plus loin

Mots clés